Big data et progrès technologiques transforment à vitesse grand V nos magasins et l’expérience client. Quelles sont les grandes tendances qui se dessinent pour les prochaines années ? Où en est-on sur le respect de la vie privée et des données personnelles In Real Life ? On fait le point sur la question.

Il est bel et bien terminé le temps des courses façon Mamie en bigoudis ! La technologie, la data et le digital transforment l’expérience client en magasin. Chaque semaine apporte une nouvelle innovation qui promet de révolutionner notre rapport au point de vente. Entre promesse d’expérience personnalisée et interrogations sur le respect de la vie privée, on vous a sélectionné les nouveautés et tendances les plus inspirantes ou marquantes du moment. Et on s’interroge sur la manière dont Nextdoor peut s’approprier ces différentes innovations pour enrichir l’expérience dans nos espaces de travail.

Une appli pour géolocaliser les produits en magasin

Ras-le-bol d’errer entre le rayon surgelés et les pots pour bébé à la recherche désespérée de votre marque de moutarde favorite ? Réjouissez-vous, Hanshow Technology, société chinoise fraîchement implantée à Paris, propose aux enseignes une appli permettant de géolocaliser les produits en magasin. Comment ça marche ? Tout bonnement avec une étiquette électronique géolocalisable apposée sur chaque produit. L’appli indique au client le chemin le plus rapide pour rejoindre l’article qu’il recherche, et l’informe même de sa localisation dans le magasin s’il se sent perdu. Côté employés, la même étiquette électronique clignote pour les informer de la nécessité d’un réassort produit.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? Une fonction géolocalisation de nos différentes salles de réunion pour ceux de nos résidents qui peinent parfois à trouver la bonne porte et le bon étage !

Des caméras pour analyser les comportements de ses clients

Développée par l’entreprise française Wassa, spécialisée dans la vision par ordinateur et le machine learning, la solution Dencity s’accole aux caméras des enseignes pour collecter des données d’analyse sur les clients qui en franchissent le seuil. Cette technologie mixe reconnaissance visuelle et analyse par des algorithmes pour définir le sexe et l’âge des clients, leur parcours dans le magasin et les « zones de chaleur », c’est-à-dire celles qui intéressent le plus les clients. Le magasin en retire une analyse très fine des habitudes de sa clientèle, de la fréquentation de son magasin en fonction des jours et des tranches d’âge, ainsi que de précieuses informations sur ses rayons « phares ». « Mais attention, il ne s’agit pas de reconnaissance faciale, explique la product manager Aurélie Fruitière dans une interview accordée à L’Usine Digitale. On ne peut identifier la personne. On ne peut par exemple déduire des images analysées que vous êtes venu deux fois dans le magasin. La solution est complètement anonymisée. Les images, une fois analysées, sont effacées et seules les données brutes sont remontées sur la plateforme. » Ouf, on a failli s’inquiéter pour le respect de notre vie privée.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? Un tel système nous permettrait de suivre les déambulations de nos résidents dans nos espaces et déterminer ainsi quels sont les équipements les plus utilisés : le babyfoot ou les salles de réunion créatives ?

Une caissière dans mon caddie

Après les caisses de paiement automatique, voici venu (bientôt) le temps du caddie automatique. C’est encore la start-up Hanshow Technology qui présentait cette innovation à la Paris Retail Week en septembre 2018. Cela fonctionne de la même manière qu’une caisse automatique. Un scanner installé sur la poignée du caddie vous permet de flasher le code barre de chaque article, et une balance intégrée s’assure que c’est bien celui que vous déposez ensuite à l’intérieur. Une fois vos courses terminées, vous pouvez les payer en ligne via l’interface intégrée au caddie. Fini les queues interminables le samedi matin à la caisse du supermarché ! On ne sait pas encore si le caddie livrera aussi les courses à domicile…

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? Vous encourager à utiliser des applis qui vous facilitent la vie et vous font gagner du temps au quotidien. On vous en propose d’ailleurs une sélection toute fraîche ici.

Des étiquettes électroniques intelligentes

Avec elles, les promotions vont valser dans les magasins ! Ces étiquettes de gondole sont connectées à un système de gestion global, qui permet d’afficher instantanément une promotion, de suivre celles qui ont un impact, et de moduler les promotions en fonction des magasins. Les étiquettes connectées affichent aussi le niveau de stock pour le personnel et les clients. Selon leur taille, elles permettent aux employés de lancer un réassort et de consulter des informations sur le produit, comme les allergènes ou la provenance des produits. Quant aux clients, ils peuvent dans certains cas flasher le QR code de l’étiquette pour commander aussitôt l’article en ligne s’il n’est plus disponible en magasin.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? Le suivi en temps réel des consommations de cafés et thés dans les bars de nos différents espaces, afin d’appliquer des politiques de yield management pour les travailleurs les plus matinaux… ou les lève-tard !

La data au service des stylistes

Le groupe Inditex, qui regroupe les enseignes Zara, Pull&Bear et Bershka, exploite de manière encore plus aboutie le principe des étiquettes connectées. Inditex revendique sa capacité à créer, produire et distribuer un produit en deux semaines sur chacun de ses marchés. Comment font-ils pour être si réactifs ? En utilisant la data… Chez Zara, les 350 designers sont épaulés par autant de data scientists, qui passent leurs journées à traiter les données remontées par les boutiques. Chacune des étiquettes de vêtement est munie d’une puce RFID, et chaque boutique héberge un mini data center. Grâce à cette organisation, les informations sur les ventes sont traitées en temps réel, et permettent aux analystes de suivre les tendances par marché, produit et couleur. Les stylistes disposent ainsi chaque jour d’un récapitulatif sur ce qui marche ou pas, et peuvent ajuster les collections en temps réel. Selon les chiffres d’Inditex, ce système leur permet aussi de réduire de 80% le temps consacré aux inventaires.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? L’utilisation de la data sur les tendances déco par nos designers afin de les injecter dans leur réflexion sur l’aménagement de nos nouveaux espaces et les améliorations de ceux déjà existants.

Une puce sous la peau pour faire chauffer son pouce plutôt que sa CB

Le biohacker australien Meow, fondateur de BioFoundry, un laboratoire communautaire de Sydney, en avait marre de trimballer son portefeuille partout avec lui. Il a décidé de s’implanter une puce NFC sous la peau du pouce en espérant pouvoir prochainement payer ses courses d’un simple contact « poucien ». Pour l’instant, il cherche encore des banques partenaires pour transformer son rêve en réalité lorsqu’il fait les boutiques. Si l’on est encore loin du phénomène de masse et que cette pratique suscite bien des réserves dans la sphère scientifique, la pose de ces implants continue à prendre de l’ampleur un peu partout dans le monde, notamment avec les Implant Parties. En 2015, Dangerous Things, premier fournisseur de bioimplants NFC, estimait qu’il existait déjà environ 10 000 « cyborgs » (comprendre humains avec des greffes de parties mécaniques) dans le monde. Si vous n’êtes pas encore prêts à sauter ce pas (et on vous comprend), vous pouvez commencer par une bague NFC, déjà utilisée dans de nombreux festivals pour faciliter le paiement du food & drink.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? L’idée de vous débarrasser de votre badge et pouvoir entrer dans votre bureau ou régler votre café grâce votre puce NFC. Qui est motivé pour une petite implant party ?

Plus besoin de faire la queue aux cabines d’essayage

Début 2018, Amazon a développé un brevet pour faire de son Echo Look une véritable cabine d’essayage virtuelle. Jusqu’ici, Echo Look vous aidait à choisir votre look du jour grâce à une caméra à commande vocale. Amazon veut l’utiliser pour permettre l’essayage virtuel de vêtements grâce à la réalité augmentée. Echo Look combine différentes technologies, caméras, éclairage et tracking software avancé, pour habiller notre reflet dans une cabine d’essayage. On n’aura plus besoin de se déplacer en magasin pour essayer un vêtement, ce qui promet d’accentuer encore le rapport de forces entre les enseignes de retail et le géant du web.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? L’envie de vous permettre de visualiser et customiser la déco de votre bureau privatif grâce à un app dédiée à nos espaces. Ça vous tenterait ?

À lire aussi : 5 clés pour l’aménagement de vos bureaux

Des applis qui accompagnent le choix des consommateurs

Mais que font ces gens qui scannent leur pot de moutarde ou leur tube de crème pour le corps avec leur smartphone ? Ils en vérifient la composition, et la teneur en produits considérés comme risqués pour la santé. C’est l’une des tendances phares dans le comportement des consommateurs. 88% des Français2 ont le sentiment que les produits du quotidien sont dangereux pour leur santé. Cela explique le succès fulgurant de Yuka, appli mobile et gratuite permettant d’afficher des informations sur des produits alimentaires et cosmétiques à partir des bases de données ouvertes français Open Food Facts et Open Beauty Facts. Créée en 2016, l’appli a été téléchargée plus de cinq millions de fois et caracole dans le top 20 de l’App Store et sur Android. Elle compte deux millions d’utilisateurs actifs. Une soif de connaissances qui invite les marques à repenser leurs offres et leur marketing afin de restaurer la confiance des consommateurs.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? Parce que nous défendons le bien-manger comme vecteur de bien-être, nous voulons mettre en place des partenariats intelligents avec des acteurs d’une alimentation responsable, comme la Ruche qui dit oui. Nous créons aussi des partenariats food avec des fournisseurs de qualité qui vous livrent à des tarifs préférentiels dans nos espaces.

Le shopping conversationnel s’invite dans la danse

Depuis belle lurette, le shopping ne se limite plus au magasin. On achète partout, tout le temps, on se fait livrer au bureau, à la maison, en magasin ou en point relais. Avec l’avènement des assistants conversationnels, Alexa, Google Home et consorts, l’expérience shopping entre dans une nouvelle dimension. Sortes de super « personal shoppers », ces assistants se montrent sélectifs pour nous. Ils se positionnent ainsi comme de véritables partenaires de commerces pour les enseignes. Ils obligeront les marques à interagir de manière plus personnalisée avec les consommateurs. Sommes-nous prêts à leur laisser cette place ? Il semble que oui, puisque 57% des Français pensent que les assistants conversationnels vont leur rendre la vie plus facile1. Ils restent moins emballés toutefois que les Chinois, conquis à 91% (!), et que les Américains, convaincus à 65%.

Ce que cela nous inspire chez Nextdoor ? De continuer à faire du coworking conversationnel grâce à des événements et rencontres qui fédèrent la communauté autour de nos valeurs communes.

Et nos données personnelles, dans tout ça ?

C’est la préoccupation number one des retailers et des consommateurs. Le RGPD devrait permettre d’encadrer ces nouvelles pratiques et de rassurer les consommateurs… mais la vérité est que personne n’est prêt à sacrifier les services gratuits que nous utilisons quotidiennement, même s’ils impliquent le partage de nos données personnelles. Toutefois, 62% des Français2 se disent prêts à payer plus cher pour une marque ou enseigne qui fait preuve d’éthique dans la gestion de leurs données. Pour les enseignes, transparence et éthique seront incontournables pour répondre aux attentes des consommateurs et conserver un lien privilégié avec eux.

À lire aussi : Le RGPD ? Tous concernés !

1 – Étude réalisée par Mindshare avec MPanel en mars 2018.

2 – Étude menée en ligne par l’agence Havas Paris auprès de 4 000 consommateurs en France, en Chine et aux Etats-Unis, entre avril et mai 2018.

 

Article écrit par Clémentine Garnier pour
Nextdoor, Business Humanizer