La difficulté à se concentrer et par extension, la baisse de performance au travail, témoignent bien souvent de l’épuisement ou d’un approvisionnement insuffisant du cerveau. Quels que soient notre âge et nos fonctions, nous sommes tous concernés, puisque cela se manifeste par une baisse de la capacité de concentration et de réflexion.

Il vous arrive d’avoir des trous de mémoire en pleine réunion ? Il y a une raison à cela, et bonne nouvelle, il existe aussi des remèdes, ou tout au moins, des moyens de limiter les dégâts !

Le cerveau est une formidable machine et en tant que telle, il nécessite un entretien tout particulier pour un fonctionnement optimal. Dans ce registre, l’alimentation tient un rôle important dans l’amélioration et le maintien des fonctions cognitives.

Pour améliorer son rendement au travail ou sa capacité de concentration en dépit des facteurs stressants, voici cinq aliments qui s’avèreront particulièrement utiles au bon fonctionnement de votre cerveau.

Les fruits et légumes, pour dompter ses radicaux libres

Il est de notoriété publique que les fruits et légumes constituent la plus importante source de vitamines et de sels minéraux indispensables que l’organisme n’est pas en mesure de synthétiser lui-même. Mais on sait moins qu’ils sont également très riches en divers antioxydants, dont l’action permet aux radicaux libres de se stabiliser sans endommager les cellules du corps.

Selon certaines études en effet, l’oxydation des cellules cérébrales causée par les radicaux libres est en partie impliquée dans l’accélération de l’usure des cellules du cerveau lui-même. Aussi certains légumes et fruits sont-ils particulièrement recommandés pour lutter contre ce problème.

Le bleuet par exemple est une baie qui ressemble à la myrtille, et qui s’avère être particulièrement riche en anthocyane, composé antioxydant auquel le fruit doit sa couleur. Des tests menés en laboratoire ont ainsi démontré l’existence d’une corrélation entre la régression du déficit cognitif lié à l’âge et sa consommation. Si l’on ajoute à cela qu’il est source de dopamine et sérotonine, alors il n’y a plus à hésiter pour garder le sourire au bureau.

Dans la même perspective, des preuves scientifiques vont de plus en plus en faveur des légumes verts, ainsi que ceux de la famille des crucifères : l’épinard possède des vertus particulièrement utiles.

Les graisses et l’oméga-3 pour être plus agile

La myéline est un corps gras particulièrement important dans le fonctionnement des cellules neuronales. Elle est présente au niveau des neurones, sur lesquels elle forme une gaine afin d’en assurer la protection et surtout, favoriser la transmission des influx nerveux. Et dans le système nerveux central, son rôle est d’assurer le transfert de l’information vers les zones de substance grise, où elle est traitée. C’est dire, donc, si elle tient un rôle de premier plan dans la dynamique du cerveau. Bonne nouvelle pour les gourmets, la myéline étant une substance principalement constituée de lipides, on associe souvent, avec raison, une consommation de bons gras à la bonne santé générale du cerveau.

À lire aussi : Tricotez c’est gagné : booster ses capacités cognitives

Cependant, il existe encore quelques incertitudes quant aux aliments directement impliqués dans sa production. Les chercheurs suspectent qu’un déficit en acide gras oméga-3 impacte négativement l’expression des gènes responsables de sa production : il est alors recommandé de maintenir un niveau convenable de consommation de saumon, maquereau ou autres poissons gras particulièrement riches en oméga-3, impliqué dans nos facultés de concentration. Les gras végétaux tels que l’avocat ou encore l’huile d’olive, sont également les bienvenus. Servie avec l’épinard, l’huile d’olive favorise en outre l’absorption des nutriments liposolubles, comme la vitamine E présente dans ce légume.

À lire aussi : luttez contre la déprime hivernale

Les œufs, bons pour l’activité cérébrale et la mémoire

L’œuf est surtout connu pour être une importante source de protéines ; il contient en effet huit acides aminés essentiels au développement et au bon fonctionnement du corps. Mais en plus de contenir des antioxydants, c’est également une source de vitamines.

L’une d’entre elles en particulier, la choline, est une vitamine du groupe B qui se retrouve dans le jaune d’œuf. Son rôle dans la formation, le développement et le maintien de certaines fonctions cérébrales a été mis en évidence par une étude de l’Académie Nationale des Sciences et Santé du Canada. Par ailleurs, une autre étude a été menée par le docteur Steven H. Zeisel de l’Université de Caroline du Nord sur des mères ayant reçu des doses supplémentaires de choline. Les bébés des mères ayant participé à cette étude ont ainsi présenté un fonctionnement accru de l’activité cérébrale, ainsi que de celle de la mémoire : il y a fort à parier que sa consommation tout au long de la vie a des effets positifs.

À lire aussi : Ecouter de la musique au travail, une bonne idée ?

Si vous aviez entendu dire du mal des œufs, sachez qu’ils ont retrouvé toutes leurs marques de noblesse, grâce aux travaux de la Harvard School of Public Health. Ces derniers concluent que la consommation de cet aliment chez les sujets en bonne santé n’a pas d’incidence sur le développement des pathologies cardiovasculaires.

Un peu d’alcool pour garder l’esprit vif… et festif

L’idée peut sembler surprenante au premier abord, mais à en croire les chercheurs de l’Université de Rochester, il y a de la santé dans le vin. Le resvératrol est en effet l’antioxydant anti vieillissement présent dans le raisin ou le vin rouge, et qui lui donne sa vertu thérapeutique.

Certes une consommation régulière d’importantes quantité d’éthanol impacte négativement le fonctionnement du système nerveux central. Si elle peut débrider votre créativité de façon aussi relative qu’éphémère, cette habitude risque toutefois de compromettre dangereusement vos capacités de concentration ou votre productivité. Mais selon le Dr Maiken Nedergaard, principal auteur de l’étude ainsi que codirecteur du Centre de neuro-médecine translationnelle à l’Université de Rochester, à faible dose, la consommation d’alcool est plutôt bénéfique pour le cerveau.

À titre informatif la consommation modérée de vin fait d’ailleurs partie intégrante du régime méditerranéen. Or ce dernier a été documenté comme étant favorable à la santé cérébrale et efficace dans la prévention et la lutte contre le déclin cognitif : alors, que ferez-vous au prochain déjeuner d’affaires ?

La sauge, pour se souvenir et rester léger

L’utilisation de la sauge en tant qu’aliment et médicament est ancienne. En dehors de sa valeur nutritionnelle, la sauge sert également en tant que digestif. Elle est par ailleurs réputée bénéfique pour la mémoire et la concentration.

Son action sur l’activité cognitive a été mise en évidence par de nombreuses études. L’une d’entre elles a été réalisée en 2008 sur un groupe de personnes âgées de 65 ans au moins. Durant plusieurs semaines, les participants au test ont été soumis à des doses variables ainsi qu’un placebo. À l’issue des tests, il a été constaté que les participants ayant été soumis à une dose intermédiaire présentaient les meilleurs résultats : autrement dit, consommez-en, mais sans excès !

Merci à :

 

et à Hugo Blanc, un expert en nutrition et éditeur du magazine Sagesse Santé,
qui a rédigé cet article pour Nextdoor business humanizer.