Vous avez un nouveau concept à lancer, un produit à inventer, un slogan à trouver, et souhaitez impliquer à ce processus de création vos collaborateurs, les salariés de votre entreprise, ou encore vos consommateurs ? Animer un brainstorming est la technique faite pour vous.

Apparu pour la première fois dans une agence de publicité américaine au cours des années 30, le brainstorming est une technique de créativité pratiquée en groupe qui permet de trouver des solutions nouvelles et pertinentes à une question posée. Encore faut-il l’organiser avec les bons intervenants, le bon groupe, et les bons outils. Brainstorming, mode d’emploi.

 

1) Pour animer un brainstorming, il vous faut un animateur aguerri

 

Le rôle de l’animateur

Pour animer un brainstorming efficacement, choisir un animateur aguerri doit être votre priorité, car c’est lui qui pilotera l’ensemble du processus : il organisera la session de façon pratique (lieu, horaire, relance des participants), proposera des méthodes de travail pour stimuler l’exercice, recadrera en route si nécessaire, fera respecter le temps et assurera la participation de tous.

 

Qui choisir ?

Une personne issue de votre société, d’autorité dans ce projet et d’aisance naturelle à l’oral devra être privilégiée afin d’assurer le sérieux et la productivité de cet exercice. Si personne ne se porte volontaire, ou ne s’en sent capable, vous pouvez faire appel à un animateur extérieur. Certaines sociétés (comme l’agence Happy Monday) se sont spécialisées dans l’animation de groupes autour de la créativité.

2) Sélectionnez un secrétaire attentif

 

Le rôle du secrétaire

Le rôle du secrétaire consiste en la prise de notes systématique de l’ensemble des idées produites. En d’autres termes, votre secrétaire doit être attentif, sa vigilance ne doit jamais faillir : tout ce qui n’est pas écrit est perdu. Son rôle à lui est neutre. Bien qu’il soit lui aussi invité à participer si une nouvelle idée le traverse, il ne doit en revanche effectuer ni de tri, ni porter de jugement de valeur lors de sa prise de notes.

Qui choisir ?

Le choix de votre secrétaire est moins stratégique que le choix de votre animateur. D’ailleurs, il arrive qu’une seule et même personne (généralement un professionnel) endosse la double casquette. Cependant, privilégiez quelqu’un de rigoureux à quelqu’un de tête en l’air, ou dont l’attention faillit facilement.

  

3) Réunissez un groupe diversifié et de qualité

Teamwork meeting concept

Le fait d’animer un brainstorming repose sur le postulat suivant : notre groupe vaut davantage que la somme de nos individualités. Autrement dit, un après-midi de remue-méninges à plusieurs sera plus productif que la réflexion de chacun dans son coin. Pour cela, encore faut-il constituer un groupe de qualité :

  • Le groupe doit être idéalement composé de 6 à 12 personnes, afin de créer une belle dynamique. Au-delà de douze, la gestion risque de devenir pénible pour l’animateur.
  • Les personnes doivent provenir d’horizons différents et se compléter en termes d’expertise et de savoir-faire. Exemples :
    • Des salariés de l’entreprise : marketing, commercial, R&D, gestion, etc.
    • Des intervenants extérieurs : publicitaire, agence de communication, etc.
    • Des « neutres » : un consommateur, un fournisseur, etc.
  • Les problèmes de compatibilité doivent être anticipés et évités : des divergences entre deux personnes invitées, la présence d’une personne d’autorité (par exemple le dirigeant) qui pourrait intimider le reste du groupe, et ainsi de suite.

 

4) Créez une ambiance chaleureuse

 

Prévoir un lieu différent

L’idéal pour animer un brainstorming est de sortir des murs de l’entreprise. La créativité ne sera 100% de mise que si l’exercice et ses objectifs de résultats s’effacent un temps, au profit du plaisir de la sortie, et du jeu qu’il représente. Choisissez une salle privatisée dans un lieu d’exposition, une grande table à l’ombre d’une tonnelle, un nouveau café à la mode, etc. Rien dans la disposition ne doit rappeler une salle de conférence.

 

Faire preuve de créativité dans la mise en place

Si vous voulez que vos invités fassent preuve de créativité, faites-leur honneur comme il se doit ! Voici quelques idées :

  • Sortez la boîte à meuhs chaque fois qu’une critique est émise (pour rappel, toute idée peut s’avérer constructive, même les plus farfelues)
  • Faites marcher la clochette à vache pour donner le tempo, ou bien lancez une balle au participant suivant.
  • Si un portable sonne, son propriétaire a un gage : il doit chanter une chanson.
  • Apportez bonbons de toutes les couleurs, feutres, post-it flashy, de quoi jouer et s’amuser sans avoir le sentiment de travailler !
  • Allez, à vos méninges !

 

5) Multipliez les techniques de créativité

 

Ce rôle est normalement l’apanage de votre animateur, en charge d’organiser à l’avance la réunion, avec le sujet du jour, le déroulement des questions, et la façon dont il suscitera la créativité des uns et des autres. De nombreuses techniques de stimulation de la créativité existent pour animer un brainstorming, voici quelques sites qui en répertorient :

Concept of teamwork, strategy, vision or education

6) La règle du CQFD pour animer un brainstorming

La professionnelle Isabelle Izard (agence Happy Monday) a mis en place un acronyme simple résumant les cinq grandes règles à faire respecter pour animer un brainstorming :

  • C comme censure : aucune idée ne doit être censurée ou auto-censurée. Les critiques sont interdites entre participants. A la formulation « votre idée n’est pas réalisable », l’animateur doit substituer la question « comment faire pour la réaliser ? ».
  • Q comme quantité : il s’agit de produire beaucoup d’idées. Une véritable ruée vers l’or. Il faut creuser, piocher pour découvrir des pépites.
  • F comme fantaisie : l’originalité et la singularité sont recherchées. La fantaisie se manifeste plus facilement dans un groupe où l’ambiance rime avec jeux, plaisir, humour, complicité.
  • D comme démultiplier : la dynamique créative se fait surtout par association d’idées en rebondissant sur les idées des autres. En effet, 30 % des idées lancées au hasard sont les semences des idées qui seront sélectionnées.

7) Gardez du temps pour la conclusion

Animer un brainstorming vous a plu, et vos invités ont passé un agréable moment ? Parfait, c’était l’objectif ! A présent, ce bon moment doit déboucher sur des actions et des décisions. Lorsque le processus de collecte est terminé (plus de nouvelles idées, plus de temps…) classez les idées selon leur pertinence, leur valeur relative. Pour cela, quelques méthodes de sélection existent :

  1. Le vote
  2. La méthode du verrou : si une seule personne s’oppose, l’idée est bloquée
  3. La méthode à deux stades : présélection, puis shortlist.

 

A l’issue du brainstorming, le secrétaire fera parvenir à l’ensemble des participants et aux personnes concernées par cet événement (par exemple le dirigeant qui n’a pas été invité pour des raisons évidentes) un résumé des solutions émergentes.

 

Vous voilà désormais un pro du brainstorming !