À grande vitesse, les images défilent. Des plaines, des pâturages, quelques villes se dessinent au loin alors que le train s’emballe. Il roule à plus de 300 km/h et réduit considérablement cette distance de 460 km qui sépare Lyon et Paris. La qualité de vie est au bout du chemin, menant à de nouveaux modes de travail, nomades, mobiles, modernes. Pionnières de ce nouvel art de vivre, les entreprises Bolero, Ubiant et MyNotary.fr nous ont dévoilé leurs secrets, de ceux qui risquent de transformer prochainement le visage de l’entreprise française.

Lyon-Paris, la French Tech est au rendez-vous

La dichotomie entre Paris et le restede la France tend à s’estomper. Pour preuve, l’écosystème lyonnais laisse une belle place à la French Tech, en se hissant à la deuxième position dans le classement des pôles numériques de France (source : Lyon French Tech). La proximité de Paris, à seulement deux heures de train, a-t-elle un rôle à jouer dans ce nouveau positionnement ? C’est ce que nous avons tendance à penser en écoutant
Caroline Faillet, cofondatrice de la société Bolero, entreprise de conseil en stratégie digitale. Parmi les trois associés, deux Lyonnais, une Parisienne et un trio gagnant, qui leur a permis de prendre le temps de s’implanter dans les deux régions, et de développer un « double bassin de clientèle ».

Lyon, la qualité de vie en prime, le turnover en moins

« Les collaborateurs ne veulent plus rester à Paris ». C’est le constat que
fait le cofondateur de MyNotary.fr, Sacha Boyer. Cette entreprise qui propose de faciliter les parcours de vente aux promoteurs immobiliers, agences et notaires, a fait d’emblée le choix du nomadisme et de la mobilité. Pourquoi se sont-ils installés à Lyon ? Pour « éviter l’océan rouge du recrutement parisien ». Eh oui, à Paris, les développeurs et commerciaux sont prisés et s’arrachent d’une start-up à l’autre.

« Les collaborateurs ne veulent plus rester à Paris ». Sacha Boyer, MyNotary.fr

À ce compte-là, le turnover peut rapidement devenir un problème de trop à gérer pour une entreprise en croissance. C’est ce même constat qui a poussé les équipes de Bolero à demeurer à Lyon. Vingt-cinq personnes sont ainsi en permanence dans la capitale des Gaules, profitant dès lors d’une qualité de vie supérieure pour des salaires qui n’ont pas besoin d’être les salaires parisiens, et pour des coûts de structure moins élevés.

Le nomadisme comme nouveau cadre

Dès lors, comment faire pour avoir un bureau à Lyon et un bureau à Paris, quand on a besoin de flexibilité, lorsque l’on est une entreprise en développement qui a souvent besoin de pousser les murs ? Pour François Demares, à la tête du pôle marketing, services et contenus d’Ubiant, spécialiste des bâtiments connectés et intelligents via l’intelligence artificielle, l’arrivée de Nextdoor à Lyon, en face de la gare Lyon Part-Dieu, a été une belle opportunité pour le développement de l’entreprise : « Dans la vie d’une start-up, il y a des phases de forte croissance, de paliers, de réglages ponctuels. Pouvoir régler de façon flexible son espace disponible est un enjeu important. Le bureau doit être un outil de travail adapté à nos besoins, et c’est ce que nous avons trouvé chez Nextdoor. »

« Pouvoir régler de façon flexible son espace disponible est un enjeu important » François Demares, Ubiant.

Quant à Bolero, ils ont dernièrement été séduits par les bureaux de Nextdoor Gare de Lyon situés en face de la gare et leur permettant de faire la navette entre les deux villes facilement. « Nous étions en train de signer un bail rue de Lyon dans un bâtiment haussmannien, mais tout était compliqué. Au final, nous avons préféré l’orientation service de Nextdoor Gare de Lyon au côté très patrimonial du bailleur », nous a confié Caroline Faillet.

Travailler en équipe à distance, c’est possible ?

Quand on pose la question à Sacha Boyer de MyNotary.fr, c’est une évidence. Comme il le dit si bien, dans un monde où « certains tombent amoureux sur application mobile, il est tout à fait possible de travailler à distance ». Pour cette équipe dispersée entre Paris, Lyon, mais aussi Montpellier et Nantes, Slack et Jira sont de bons outils de cohésion et d’échanges. Mais pour aller plus loin, ils ont également fait le choix d’installer des webcams branchées à des TV dans tous les bureaux, afin d’interagir facilement ensemble et d’abolir les distances.

« Certains tombent amoureux sur application mobile, il est tout à fait possible de travailler à distance » Sacha Boyer, MyNotary.fr

Quant aux dirigeants d’Ubiant, plus que le travail nomade, l’intérêt pour eux est de s’implanter dans des lieux qui « permettent aux personnes d’échanger, dans un espace effervescent et qui inscrivent les équipes dans des logiques de management basées sur une approche très collaborative, favorisant l’émergence d’une intelligence collective ». Tandis que le nomadisme s’installe, le team building devient la règle pour créer du lien. Au programme, des escapades lyonnaises, avec petits Bouchons, les Halles Bocuse et autres pépites gastronomiques abordables. On est sûr de passer un bon moment. Chez Bolero, le running est aussi une zone de partage et des courses emblématiques comme la Sainté Lyon fédèrent les équipes. Il reste une question toutefois sur laquelle aucune entreprise ne se prononce vraiment. Paris Saint-Germain ou Olympique lyonnais ? C’est qu’il y a des sujets qui fâchent, mine de rien !

Article rédigé par Aurore BISICCHIA pour Nextdoor Business Humanizer