« Le sage goûte de la société et se nourrit de la solitude » affirmait Joseph Michel Antoine Servan voilà deux siècles. Malgré le fait qu’aujourd’hui, lancer sa start-up est un peu devenu le nouveau cool, un sacré paradoxe de la rockstar s’est installé. Si la création d’entreprise part souvent d’un élan individualiste pour satisfaire une soif de liberté, l’isolement qui s’ensuit frappe là où ça fait mal. D’une part, l’entrepreneur multiplie les rencontres pour enrichir son réseau, d’autre part beaucoup restent seuls dans leur démarche au jour le jour. Certes, quitter les rangs du salariat, c’est s’embarquer dans une belle aventure. Pourtant, comme dans toute épopée, la vie d’entrepreneur est remplie de péripéties et de montagnes russes émotionnelles. Tel un cheveu sur la soupe, la solitude finit par plomber bien des initiatives.

 

Bien comprendre les raisons derrière la solitude

Même s’il est indéniable que le jeu en vaut la chandelle, les risques et l’incertitude de l’entrepreneuriat font partie du quotidien. Il existe une multitude de parcours d’entrepreneurs, mais tous passent par des hauts et des bas. La solitude, et le stress qui lui est lié, présentent un danger à la longue.

Au-delà de surmonter une prise de risque importante, monter son entreprise c’est assumer le poids des responsabilités par rapport à soi-même, puis plus tard face à ses investisseurs et ses équipes.
Puis, il y a la paperasse accumulée et les charges desquelles il ne faudra pas manquer de s’acquitter en temps et en heure, et qui demandent une attention trop souvent sous-estimée. Difficile de ne pas prendre du plomb dans l’aile face à cette charge de travail supplémentaire qui rallonge les journées de travail. Alors, comment rompre avec ce sentiment d’isolement ? Se constituer un agenda de champion !

 

Bien remplir son agenda

Prendre soin de soi

Même si l’entrepreneur a choisi la liberté, il se retrouve souvent réduit à de longues heures de sédentarité. Que vous vous travailliez de chez vous ou d’un bureau, il est important de s’aérer, déjeuner à l’extérieur et bouger régulièrement. Sortir la tête du guidon est bénéfique, et on ne sait jamais d’où un contact clé ou la solution à un problème peut surgir.

Pour un bon équilibre vie pro/vie perso, des rendez-vous réguliers et quelques règles de base sont essentiels. Là où certains refusent de parler boulot avant d’avoir fini leur premier café, d’autres s’imposent une heure de sport matinal avant d’ouvrir leur boîte mail, ou encore se déconnectent entièrement une journée par semaine pour profiter de leurs proches. Expérimentez différentes habitudes pour trouver celles qui vous conviennent, vous pourrez toujours en changer plus tard. Quel que soit votre engagement avec vous-même, essayez de vous y tenir au moins trois semaines !

Lire aussi : Entrepreneurs, les podcasts vous veulent du bien

Nourrir son réseau

« Tout projet est collectif », affirme Alexandre Dana, fondateur de LiveMentor. Au long de la croisière mouvementée de la vie d’entrepreneur vous serez confronté aux autres, vos fournisseurs, un prestataire, des clients et un réseau d’autres acteurs de votre secteur d’activité. Si vous vous sentez seul, pensez à profiter plus pleinement de ces interactions.

Même si les visioconférences permettent de collaborer plus facilement à distance, il arrive que le côté humain manque. Même si la saison donne envie de rester gérer son entreprise depuis son canapé terré sous un plaid, déplacez-vous au moins une fois par mois pour interagir avec vos partenaires ou clients face à face. Allez à la rencontre des autres. Si vous avez un blog, proposez une rencontre à vos lecteurs ; pour un site e-commerce, livrez les commandes les plus proches vous-même pour rencontrer vos clients. Donnez-vous des objectifs, comme par exemple repartir de chaque rendez-vous professionnel avec une réponse à une question concrète et deux contacts utiles.

 

Rejoindre une communauté

Choisir de faire cavalier seul n’implique pas de travailler en reclus. Rejoignez un réseau de travailleurs indépendants dans votre secteur. Participez à des conférences, des ateliers de partage de compétences et des apéros.

Même si la machine à café et l’open-space ne vous manquent pas forcément, renouez avec un cadre de travail semi-formel en fréquentant des tiers lieux. Que ce soit en tant que résident permanent (avec un bureau attitré, étagères, un accès 24 h/24) ou ponctuellement en tant que nomade, en coworking. On y croise des professionnels d’univers différents, on partage ses galères et on fête les réussites.

En plus de renouer avec du contact humain, les tiers lieux proposent également souvent des solutions aux problématiques des entrepreneurs seuls comme la mutualisation des services. Testez plusieurs espaces de coworking autour de vous pour trouver le bon espace de coworking, qui vous vous permettra de vous épanouir au sein de sa communauté.

Lire aussi : Surcharge mentale, quand les entrepreneurs ont la tête qui éclate

Apprendre à positiver

Rappelez-vous pourquoi vous vous êtes embarqué dans cette aventure, pour le meilleur et pour le pire. Était-ce par sens du défi ou renouer avec une liberté qui vous est chère ? Bref, retenez quelques raisons clés que vous pourrez vous remémorer dans les temps difficiles. Focalisez-vous sur les interlocuteurs avec qui vous pourrez avoir une conversation enrichissante et éloignez-vous de ceux qui ne voient que les désavantages et inconvénients.

 

Construisez un réseau bienveillant, que ce soit au travers d’un tiers-lieu, une communauté d’entraide d’entrepreneurs ou bien de vos proches, ceci vous aidera peu à peu à prendre confiance en vous et en votre projet. Loin de nous l’image d’un porte-cartes plein à craquer, on ne chasse pas la solitude en prenant un bain de foule. Privilégier la qualité par-dessus la quantité construit un réseau solide et de confiance sur lequel on peut s’appuyer en cas de besoin.

 

Article rédigé par Les Chuchoteuses
Pour Nextdoor, Business Humanizer