Oui évidemment… vous vous demanderez sans doute d’où nous vient cette idée farfelue d’ode aux gauchers. Et d’ailleurs, pourquoi écrire un énième article sur les gauchers ? Parce qu’on voudrait vous « raconter » pourquoi vous devriez un peu plus chouchouter vos collègues gauchers… voire même, les avoir à l’œil.

 

Le détail qui met tout le monde d’accord

À quelques subtilités près, la main gauche est considérée comme impure par l’hindouisme, l’islam, le judaïsme et, dans une moindre mesure, le christianisme. Et saviez-vous que ce fait est avéré aussi dans des sociétés primitives d’Afrique, notamment en Ouganda ou au Kenya… ? Que l’on préfère la gauche ou la droite, la question de la latéralité existe de fait dans toutes les sociétés.

Dans l’antiquité gréco-romaine, qui présente déjà une aversion irrationnelle pour ce qui est à gauche ou au nord (Pline l’Ancien regrette ainsi que l’empereur Auguste justifie avoir frôlé la mort, parce qu’il avait chaussé sa sandale gauche en premier), on confectionne les boucliers pour être posés sur le bras gauche, tandis que la main droite porte les coups. Cela parait anodin, mais nous mettons le doigt sur un fait qui va résonner chez nos amis gauchers : tous les outils, armes, instruments… sont alors façonnés pour les droitiers.

 

Pourquoi tant d’histoires ?

Ah lala… pour une fois où tout le monde était d’accord, quel dommage que ce soit sur une telle absurdité… Mais pourquoi tant d’obstination ?

Dans la Bible, la droite a déjà la préférence de Dieu : l’Ancien Testament tend à valoriser la droite comme étant le côté de sa force, sa puissance, sa justice… (Ex 15,6; 15,12 ;  Ps 20,6; 108,6), mais aussi celui des « délices éternelles » (Ps 16,11). Le Nouveau Testament entérine la chose (Mat 25, 31-46) en décidant que la droite est le côté de la bénédiction, la gauche celui de la malédiction…

Les affaires se corsent avec l’école obligatoire et l’apprentissage de l’écriture. Là, impossible de cacher son infamie et c’est pour longtemps : vous avez sans doute vous-même entendu raconter comme nous que dans nos belles contrées laïques, la génération née en 68 a, elle encore, connu les sévices infligés aux écoliers gauchers (main gauche attachée, coups de règle, brimades…).

Les gauchers étant minoritaires dans un monde de droitiers (on parle de 16% pour la fourchette haute), la révolution industrielle fut pour eux synonyme de tracas divers et autres handicaps, tous les objets étant alors pensés et manufacturés pour des droitiers.

 

Pourquoi les gauchers existent-ils ?

Les études qui s’attachent à faire ressortir les spécificités et les raisons qui font que l’on est gaucher sont nombreuses et se contredisent : explication biologique, neurologique, génétique… On s’y perd. Il est troublant d’apprendre que tous les animaux feraient leur toilette avec la patte gauche (je vous invite à observer votre chat). La nature aurait-elle attribué au vivant une latéralité innée, déterminant que certains gestes spécifiques se font de la main/patte droite ou gauche ?! Mystère.

Ce qui met tout le monde d’accord en revanche, c’est que pour une raison qu’on ignore (innée ou acquise, comprenez : à force d’évoluer dans un monde de droitiers), les gauchers savent mieux faire travailler ensemble les deux hémisphères de leur cerveau. Le gaucher sera alors logiquement avantagé dans toutes les activités qui demandent plus de coopération des deux hémisphères (ainsi, toute activité requérant une coordination fine entre les deux mains).

 

Parce que les gauchers pensent « out of the box »

C’est encore cette faible latéralité qui expliquerait la propension des gauchers à faire preuve de pensée divergente, c’est-à-dire à pouvoir proposer plusieurs solutions pour un même problème.

Or, selon Sir Kenneth Robinson, ceux qui savent faire preuve de pensée divergente sont non seulement enclins à trouver plusieurs usages à un même matériel (fluidité des idées), mais aussi particulièrement aptes à proposer des idées totalement différentes les unes des autres (flexibilité des idées) et enfin capables de trouver des réponses parfaitement inattendues et innovantes (originalité).

Est-ce cette capacité qui a présidé aux destinées d’Akhénaton, Alexandre le Grand ou Jules César ? Et que penser de Henri Ford, David Rockefeller, Ernö Rubik ou Bill Gates ?

 

Les gauchers de mes rêves

Saint Jean-Baptiste, Léonard de Vinci

C’est encore cette agilité à faire tourner ensemble ses deux hémisphères, qui expliquerait que nombre de gauchers soient des créatifs, comme Léonard de Vinci et Michel Ange, mais aussi, plus proches de nous, Plantu ou feu Tignous ; des musiciens tels Serge Gainsbourg, Joe Cooker, David Bowie ou des matheux : Archimède, Albert Einstein, Nikola Tesla.

Ils sont en outre particulièrement représentés dans le sport de haut niveau (Sébastien Loeb ou Ayrton Senna), et plus encore dans les sports d’opposition (Henri Leconte, Johnny Wilkinson, Lionnel Messi), pour une raison qui pourrait bien être tout « bêtement » affaire d’habitude : un sportif a plus de chance d’être confronté à un adversaire droitier, qui sera de facto déstabilisé par les gestes d’un gaucher, alors que ce dernier, lui est au contraire familiarisé avec la gestuelle des droitiers.

 

Les petits tracas de gauchers

Tout aussi géniaux soient-ils, nos gauchers favoris n’en continuent pas moins de « galérer » quotidiennement. Nous autres droitiers avons du mal à l’imaginer, mais certains objets du quotidien sont totalement inadaptés pour les gauchers ! Outre la boîte de vitesse de nos voitures, songeons à la règle graduée (un gaucher mesure et tire les traits en partant de la droite pour aller vers la gauche) ou au taille-crayon (il est naturel pour un gaucher de le tenir dans la main droite et de tourner le crayon avec la main gauche dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) et ne parlons pas des ciseaux ou couteaux, dont la lame est affutée du mauvais côté. Le stylo à bille n’est pas un cadeau non plus, puisque son roulement n’est pas conçu pour fonctionner de façon optimale entre les doigts d’un gaucher. Le pavé numérique des ordinateurs, situé à droite, est lui aussi malcommode. Et que dire des tables de cantine où l’on mange coude à coude ? Bon, et ne parlons pas non plus des tire-bouchons…

Bref ! Un peu d’attention et d’empathie ne seraient pas du luxe : pensez-y la prochaine fois que vous tendrez un café à votre collègue gaucher ou que vous vous assiérez à sa gauche…

Pour en savoir plus :

Podcast de Pierre-Michel Berger auteur de L’histoire des gauchers, éditions Imago, 2008.

Un bon article et ses sources.

Pour faire un cadeau à un collègue gaucher :

Le site La main gauche propose un large éventail de matériel de bureau, mais aussi outils de bricolage ou ustensiles de cuisine adaptés. L’enseigne Cultura propose quant à elle une gamme de fournitures scolaire (et donc de la papeterie). Pour les musiciens, la Fnac sera votre amie.

Symbolisme et ethnologie :

Un extrait passionnant de l’ouvrage de R. Dailly et M. Moscato,  Latéralité et expressions symboliques […], éditions Mardaga.

L’article de Raoul et Laura Makarius, Ethnologie et Structuralisme, le symbolisme de la main gauche, paru dans La revue internationale de recherches et de synthèses sociologiques, 1968.

Remerciements à Michel Fromaget, anthropologue, pour son coup de main (droite) sur les références religieuses.

Études :

Sur la pensée divergente chez les gauchers.

Sur la pensée divergente en général.

Les gauchers sont-ils les plus forts en maths ?

 

Un article rédigé par Laëtitia Cognie, fan des gauchers, pour Nextdoor, business humaniser