Saint-Exupéry disait que « la grandeur d’un métier est peut-être, avant tout, d’unir des hommes ». Cette assertion est-elle toujours vraie aujourd’hui ? Le cynisme du business et de la création de valeur à tous prix laisse-t-il une place à la dimension de désintéressement entre les hommes ? Il se pourrait que oui.

Nous vous dévoilons ici quelques chiffres sur l’amitié au travail et les bonnes raisons qui nous y poussent… avant de détailler les limites et dangers que son développement peut représenter. Car oui, il y a des risques !

Les chiffres de l’amitié au travail

Les nouvelles formes de travail qui s’annoncent, davantage fondées sur la symétrie et la coopération que sur la subordination, constitueront-elles un terreau plus favorable au développement de l’amitié au travail ? En tout cas, le site Officevibe.com dévoile les résultats d’un sondage au travers d’une infographie très instructive sur le sujet « Why having friends at work is important » (*retrouvez-la en bas de cet article). Quelques chiffres-clés :

  • Pour 70% des salariés interrogés, le développement de l’amitié au travail serait l’élément central pour l’obtention d’une vie professionnelle épanouie ;
  • 58% des hommes et 74% des femmes salariées seraient prêts à refuser une augmentation si elle impliquait de ne plus s’entendre avec ses collègues ;
  • 50% de ceux possédant au moins un meilleur ami au travail ressentent une connexion et un engagement plus fort vis-à-vis de leur employeur ;
  • 33% des adultes ont rencontré leurs amis les plus proches dans le cadre professionnel.
  • 35% : ce serait la part d’engagement supplémentaire lorsque l’équipe est composée de personnes ayant tissé des liens d’amitié. Travailler avec des amis, c’est bon pour le moral mais aussi pour la qualité du travail !

Les bonnes raisons de l’amitié au travail !

Quant au Duc de la Rochefoucauld, il définissait l’amitié comme suit : « L’amitié n’est qu’une société, qu’un ménagement réciproque d’intérêts et qu’un échange de bons offices[1] ». Sans pour autant lui jeter la pierre, il est vrai qu’il existe de nombreuses bonnes raisons de chercher à se faire des amis au travail. Nous vous en soumettons sept :

Happy lucky friends in a cafe sit at table

  1. Vous avez quelqu’un pour vous remotiver lorsque votre moral s’est pelotonné au fond de vos chaussettes ;
  2. Quelqu’un pour vous appuyer dans les discussions, prendre votre défense, ou vous mettre dans la confidence quand quelque chose vous a échappé ;
  3. Quelqu’un avec qui il vous est possible de rire et de parler d’autre chose que de boulot, toujours de boulot ;
  4. Quelqu’un qui vous assure de ne pas manger devant votre écran ou de prendre votre pause-café en solitaire ;

Toujours selon l’infographie, il existerait au moins trois raisons de plus au développement de l’amitié au travail :

  1. Ceux qui ont des amis au travail auraient aussi plus de feedback, ce qui les encouragerait à produire encore plus et toujours mieux;
  2. Le respect irait aussi croissant de la part des pairs. Même si c’est assez subjectif, vos opinions sont plus écoutées quand vous n’êtes pas seul dans votre coin ;
  3. Le travail est enfin beaucoup plus fun quand vous bossez avec des amis. Le stress a moins d’influence sur vous quand vous vous entendez bien avec vos collègues.

Comment trouver l’amitié au travail ?

L’amitié dans le cadre professionnel n’est pas un droit acquis, c’est une qualité, une compétence qui se travaille, tant du côté des salariés que du manager. Que peut-on faire pour encourager son développement ?

Du côté des salariés :

  • Faites des « pauses sociales » : on le sait, les pauses autour de la machine à café, autour d’une cigarette (attention, nous ne cautionnons pas de se mettre à fumer pour se faire des amis !) ou tout autre break à plusieurs favorise le développement de l’amitié au travail. Vous ne fumez ni ne buvez de café ? Qu’à cela ne tienne, faites-vous une tisane, ou apportez votre gourde de limonade !
  • Acceptez toutes les invitations : les déjeuners, les afterworks entre collègues sont aussi des situations favorisant le développement de l’amitié au travail. Il est important de se voir en dehors de l’entreprise pour devenir ami avec ses collègues. A défaut, si personne ne vous invite, lancez les invitations vous-mêmes ! On vous remerciera.
  • Ne trichez pas, ne mentez pas, ne manipulez pas : autrement dit, soyez droits dans vos baskets. La loyauté, la droiture dans son travail et à l’égard de ses collègues sont les premières conditions de création d’un lien d’amitié.
  • Soutenez-vous entre collègues : l’esprit de solidarité, le fait de résister ensemble à des décisions d’entreprise est également importante, et favorise la création de liens d’amitié au travail. Alors soutenez-vous les uns les autres !

business people making pile of hands , soft focus, vintage tone

  • Faites… des blagues : quelqu’un qui sait se faire apprécier par l’humour sera toujours entouré d’amis, que ce soit dans la sphère professionnelle ou privée. Pour les grands sérieux, rassurez-vous, les autres points de la liste devraient suffire à développer votre réseau d’amis au travail !

Du côté du manager ou du directeur :

Le manager a lui aussi son rôle à jouer dans l’installation d’une atmosphère conviviale, qui encouragera le développement de l’amitié au travail. Parfois, de menus détails peuvent faire la différence :

  • Décloisonner certains bureaux ou espaces individuels pour les transformer en espaces ouverts, plus propices aux échanges. Un réaménagement de l’espace, c’est la genèse de nouvelles amitiés ;
  • Installer des tables de déjeuner plus grandes, ça fonctionne ! Comme à l’école, la cantine est le lieu où l’on se fait des amis ;
  • Diverses activités extérieures encouragent le développement de l’amitié au travail et la cohésion d’équipe en général : séminaires, formations professionnelles, journées incentives et teambuilding, week-ends ou soirées d’entreprise, c’est au manager de prendre les devants.

Y a-t-il des limites au développement de l’amitié au travail ?

La réponse est oui. Le journal RHinfo.com apporte d’ailleurs une vision assez pessimiste sur le sujet (nous en déconseillons la lecture à ceux qui pensent avoir trouvé la grande amitié au travail).

Très souvent, notre environnement professionnel nous empêche de creuser, du moins en profondeur, les amitiés qui se présentent sous leur meilleur jour. Ne vous est-il jamais arrivé de vous imposer un filtre lors d’une conversation avec un collègue pourtant proche, de circonscrire certains sujets, de délimiter le champ de vos confessions ? Si, bien sûr.

Au-delà des simples affinités, des sympathies et des camaraderies, l’amitié relève de quelque chose d’inconditionnel. Elle est fondée sur une bienveillance mutuelle, sur une communication de ce que nous vivons d’essentiel dans nos vies. Soyons honnêtes, c’est rarement ce que nous confions à nos collègues.

La limite tacite se situe souvent à l’orée de la sphère privée : problèmes personnels, psychiques, familiaux, de santé, de couple, autres détails intimes, il existe des limites que l’on n’ose franchir, de peur que ces confidences ne soient mal perçues, ou ne se retournent un jour contre vous. Souvent, le pressentiment est juste, et cette prudence est mère de sûreté. Car l’amitié en entreprise peut aller très vite, mais elle demeure fragile, devant les conflits ou la hiérarchie. Aussi, se protéger, être conscient des limites au développement de l’amitié au travail, permet de mieux l’apprécier quand elle existe réellement.

*L’infographie, c’est par ici !

Source : https://officevibecdn.blob.core.windows.net