Voilà presque six mois que vous avez posé vos congés officiellement, quatre mois que vous avez réservé vos billets d’avion –un mardi entre 4h et 6h, car chacun sait que c’est à ce moment qu’on y trouve les offres aériennes les plus avantageuses. Bref, vous voilà à quelques jours ou semaines du départ, partagés entre l’excitation montante des congés à venir, et la charge de travail croissante qui semble vous attendre au tournant, l’air de dire : toi, je vais m’employer à te gâcher le plaisir qu’il y a à laisser l’entreprise en plan pendant deux semaines.

Alors, comment préparer au mieux son départ, de sorte à partir en vacances l’esprit tranquille ? Nous vous donnons 7 bons conseils, à appliquer de toute urgence.

1/ Traitez ce départ comme un vrai projet

A la Légion Etrangère, il est de coutume d’entendre le proverbe : « A préparation difficile, guerre facile ». Considérez la guerre comme vos vacances gagnées à la sueur de votre front. Ne vous reste alors que la préparation savamment orchestrée, et vous voilà victorieux.

Notre premier conseil afin de partir en vacances l’esprit tranquille est donc de traiter la préparation de ce départ comme un vrai projet : une mission à mener à bien, dont la carotte constitue non pas une prime ou la reconnaissance de votre hiérarchie, mais bel et bien vos congés payés. Pour cela, tous les conseils qui suivent devraient être pris en compte. On y va ?

2/ Au lieu d’accélérer, ralentissez

Ne rien faire, paresser toute la journée sur une plage, cela se prépare : c’est un fait, votre corps –celui-là même qui trime au moulin toute l’année– n’est pas habitué à relâcher aussi brusquement la pression. Imaginez une voiture soudainement passée en roue libre, à plus de cent-trente kilomètres sur l’autoroute : elle se plante. Votre corps, c’est cette voiture.

A l’approche des vacances, l’on a tendance, c’est vrai, à vouloir accélérer le rythme, pour s’assurer de clore l’ensemble des dossiers en cours. Prenez le contrepied : décélérez, permettez à la machine de rétrograder en douceur. Evitez à tout prix les nocturnes jusqu’à minuit –monnaie courante la dernière semaine– et les réunions s’enchaînant, traitant toutes d’un nouveau sujet important (curieusement, c’est toujours lorsqu’on part que l’on a cruellement besoin de vous…).

Color image of a 30km/h speed restriction road sign.

3/ Anticipez votre départ… 3 semaines à l’avance

L’unité de mesure à privilégier : 1 semaine de préparation pour 1 semaine de congés. Ainsi, si vous avez prévu de partir 3 semaines cet été, considérez qu’il faut vous y prendre 3 semaines en avance afin de bien vous organiser.

Alors, résistez de toutes vos forces à la procrastination qui vous guette à l’idée de partir, et risquerait d’engorger votre planning les derniers jours, lorsque les échéances ne peuvent plus être repoussées : planifiez, répartissez, déléguez, relancez vos collaborateurs sur les sujets prioritaires, afin qu’ils ne vous les brandissent pas sous le nez le vendredi soir où vous franchirez le seuil. Surtout, posez-vous les bonnes questions afin de partir en vacances l’esprit tranquille : quels sujets doivent être traités et validés avant votre départ ? Ceux qui peuvent attendre votre retour ? Ceux qui devront être confiés à un collègue durant votre absence ?

4/ Evitez de tomber malade avant le départ

Ne vous est-il jamais arrivé de tomber malade précisément au moment de partir ? C’est parce que votre corps se relâche brusquement après avoir subi une trop longue période de pression. Le conseil 3/, si vous parvenez à l’appliquer, devrait permettre de l’éviter, néanmoins, inutile de jouer avec le feu : par précaution, usez et abusez des cures d’antioxydants le mois précédant votre arrêt (bioflavonoïdes, caroténoïdes, vitamines C et E, sélénium).

Si vous partez au soleil, couplez cette cure de jouvence à une cure de béta carotènes, spécifique aux expositions solaires. Pour garantir un joli teint hâlé et une peau mieux préparée à accueillir les agressifs rayons, elles sont à débuter deux semaines avant le départ, et à prolonger deux semaines après votre retour. Notez que les jus de tomates et de carottes en quantités importantes (attention à l’apport calorique quand même) contiennent les mêmes bienfaits.

Food sources of beta carotene and vitamin A

5/ Faites savoir que vous partez (et qu’il faudra faire sans vous)

Votre départ doit être entré dans tous les esprits le jour de votre départ. Parce que certains esprits sont récalcitrants, et présentent une inertie toute particulière au départ des collègues ou subalternes, vous devrez rabâcher l’information, haut et fort, au cours des réunions, déjeuners et échanges de mails.

La personne qui prendra le relai durant votre absence peut vous y aider. Nommez-la régulièrement dans vos échanges de pré-congés. Le jour de votre départ effectif, n’oubliez pas de fournir ses noms et contacts directs dans votre email automatique d’absence.

6/ Le dernier jour, rangez votre bureau

Votre départ n’est pas que mental, il est aussi visuel : faire table rase en vue de vos congés ne doit pas être négligé. Pour cela, réservez si possible les deux dernières heures au rangement de votre espace de travail. Donnez un coup de chiffon, évacuez les piles de dossiers qui s’accumulent encore sur votre bureau, faites le tri sur votre session d’ordinateur. Ceci vous aidera à franchir le seuil de l’entreprise en bonne âme et conscience, et vous garantiront de partir en vacances l’esprit tranquille.

7/ Une fois sur place, déconnectez réellement !

Ceci constitue notre dernière recommandation –et pas des moindres. Inutile d’avoir été aussi scrupuleux trois semaines à l’avance, si c’est pour replonger dans le travail 24 heures plus tard. Aussi, laissez sur place vos bourreaux de toujours, que sont votre portable et votre ordinateur professionnels. Vous ne serez que plus content de les retrouver à votre retour. Et profitez de vos vacances ! Vous les avez bien méritées, pas vrai ?